Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 novembre 2018 5 16 /11 /novembre /2018 10:40
Fig. 4 : Plan géométral de la ville de Bordeaux et de parties de ses Faubourgs levé par les ordres de M. de Tourny, Intendant de la Généralité, et de Mrs les Maire, Sous-Maires, et Jurats Gouverneurs de la dite Ville. Par les Srs Santin et Mirail, Géographes, en 1754. Gravé à Paris par J. Lattré en 1755. Avec privilège du Roy. Fig. 5 : Plan de la ville de Bordeaux, levé par Pierrugues et D. Béro, Géomètre de première classe au Cadastre, Dufour, Directeur de publication, 1831. Fig. 6 : La Tour et la terrasse de l'ancien hôtel de l'Intendance, © J. de Cauna.Fig. 4 : Plan géométral de la ville de Bordeaux et de parties de ses Faubourgs levé par les ordres de M. de Tourny, Intendant de la Généralité, et de Mrs les Maire, Sous-Maires, et Jurats Gouverneurs de la dite Ville. Par les Srs Santin et Mirail, Géographes, en 1754. Gravé à Paris par J. Lattré en 1755. Avec privilège du Roy. Fig. 5 : Plan de la ville de Bordeaux, levé par Pierrugues et D. Béro, Géomètre de première classe au Cadastre, Dufour, Directeur de publication, 1831. Fig. 6 : La Tour et la terrasse de l'ancien hôtel de l'Intendance, © J. de Cauna.
Fig. 4 : Plan géométral de la ville de Bordeaux et de parties de ses Faubourgs levé par les ordres de M. de Tourny, Intendant de la Généralité, et de Mrs les Maire, Sous-Maires, et Jurats Gouverneurs de la dite Ville. Par les Srs Santin et Mirail, Géographes, en 1754. Gravé à Paris par J. Lattré en 1755. Avec privilège du Roy. Fig. 5 : Plan de la ville de Bordeaux, levé par Pierrugues et D. Béro, Géomètre de première classe au Cadastre, Dufour, Directeur de publication, 1831. Fig. 6 : La Tour et la terrasse de l'ancien hôtel de l'Intendance, © J. de Cauna.

Fig. 4 : Plan géométral de la ville de Bordeaux et de parties de ses Faubourgs levé par les ordres de M. de Tourny, Intendant de la Généralité, et de Mrs les Maire, Sous-Maires, et Jurats Gouverneurs de la dite Ville. Par les Srs Santin et Mirail, Géographes, en 1754. Gravé à Paris par J. Lattré en 1755. Avec privilège du Roy. Fig. 5 : Plan de la ville de Bordeaux, levé par Pierrugues et D. Béro, Géomètre de première classe au Cadastre, Dufour, Directeur de publication, 1831. Fig. 6 : La Tour et la terrasse de l'ancien hôtel de l'Intendance, © J. de Cauna.

L'hôtel de l'Intendance, voulu par le Roi pour y loger luxueusement son Intendant, est clairement visible sur le Plan géométral de Bordeaux levé pour l'intendant Tourny par Santin et Mirail en 1754 [Fig.4]. On y distingue même, dans l'emprise globale du bâtiment, l'actuelle tour ronde du 4 de la rue Paul-Painlevé, tout comme sur le plan Dufour de 1831 où apparaît aussi le nom « Rue du Jardin » [Fig.5]. En réalité, la longue façade de l'hôtel de l'Intendance, encadrée par deux tours de la courtine de l'ancien château de Puy-Paulin, s'ouvrait par de larges croisées sur une grande terrasse encore existante en partie qui permettait de contempler le beau jardin la française et son parterre à broderies bordé sur les côtés de rangées d'arbres et d'un bosquet1 [Fig.6]. Détruit par un incendie, l'hôtel fut reconstruit par l'architecte André Portier sous la conduite de Tourny en 1756. C'est ce « grand hôtel » dont il est question dans le Livre de Famille des Clouet lorsqu'on dit qu'on y donnait un bal au moment où fut apporté le corps du jeune Luis de Clouet, agonisant. Le Guide de Bordeaux publié en 1785 par Pallandre l'évoque ainsi : « Son entrée, son point de vue sur le jardin, le goût et la beauté de son édifice, son escalier et la distribution de ses appartements méritent d'être vus »2. Aujourd'hui encore un remarquable et imposant grand escalier de marbre blanc occupe le centre de la tour au rez-de-chaussée et la terrasse de l'aile ouest s'ouvre sur la rue à l'endroit même où se trouvait le jardin, sur un large espace dont la moitié autrefois non bâtie est occupée aujourd'hui par les immeubles construits entre la rue Paul-Painlevé et le cours de l'Intendance.

C'est en tout état de cause un emplacement prestigieux, de premier ordre, que choisit Louis de Clouet, l'un des fondateurs à l'époque de la banque de Bordeaux3, dont il faut rappeler à ce stade que son immense fortune lui permettait de gros investissements. On peut même dire qu'il se replace là au centre originel de la ville, au cœur de sa racine historique. Le vieux château acheté par le Roi au duc Candale d'Epernon avait été édifié de mémoire perdue sur le point le plus élevé de la ville, comme cela s'imposait en matière défensive et il en resta longtemps le premier centre du pouvoir. Au départ, le château de Puy-Paulin, dont il ne subsiste aujourd'hui d'apparent qu'une grosse tour ronde de grande ancienneté encastrée dans des constructions modernes, occupait tout l'espace du puy ou pouy – terme gascon désignant une hauteur s'apparentant à une motte féodale – compris entre l'actuelle rue Porte-Dijeaux et le cours de l'Intendance. L'origine du nom serait dans celui de Paulin de Nole ou Saint Paulin, disciple d'Ausone qui devint gouverneur de Campanie et évêque. Il serait né dans ce palais appelé Podium-Paulini (Puy-Paulin), construit par son grand-père. La tradition en fait l'ancêtre de la puissante famille des comtes de Bordeaux. Enclavé dans les fortifications du IVe siècle et fortifié lui-même en raison des invasions barbares, il devint au XIIe siècle le château-fort de Pey de Bordeaux. L'un de ses descendants, Pey-Amanieu, captal de Buch, fut père d'Assalide de Bordeaux, dernière héritière de la maison des comtes de Bordeaux, qui épousa en 1307 Pierre II de Grailly, fils du chevalier dont le gisant subsiste dans la collégiale d'Uzeste, reconnaissable par son écu à la croix chargée de coquilles Saint-Jacques. D'eux provinrent Jean II et Jean III de Grailly, le fameux captal de Buch, qui était aussi comte de Benauge, seigneur du Fleix, de Puy-Paulin, de Castelnau et autres places, mort emprisonné au Temple sans postérité légitime et dont l'héritage passa, comme plus proche parent, à son oncle Archambaud de Grailly, qui, par son mariage en 1361 avec Isabelle de Foix-Castelbon, est le père de Jean Ier, comte de Foix et vicomte de Béarn4, aïeul de la dynastie royale de Navarre qui mène à Henri IV, et de Gaston 1er de Grailly (IV de Foix) qui, de son mariage avec Margalide (Marguerite) d'Albret en 1410, eut Jean de Foix-Candale, comte de Benauges, captal de Buch, vicomte de Castillon et de Meilles, chevalier de la Jarretière et earl (comte) de Candale par son mariage avec Margaret Kerdeston de La Pole Suffolk, comtesse de Kendall, d'où provint Gaston II de Foix-Candale, père de la future reine de Pologne et de Bohème, Anne de Foix-Candale, ancêtre des Habsbourg, et de Gaston III « le Boîteux », suivi de Frédéric de Foix-Candale, puis d'Henri, père de Marguerite de Foix-Candale, dernière héritière de sa maison qui apporta le château de Puy-Paulin par mariage au fameux duc d'Epernon, Jean-Louis de Nogaret de La Valette, dont le dernier héritier, Henri-François de Foix et de Candale, duc d’Épernon, procéda à la vente de la seigneurie en faveur du roi de France (Louis XIV l'époque) le 30 novembre 1707.

1 Philippe Prévôt, Bordeaux. Petits secrets et grandes histoires, Bordeaux, Ed. Sud-Ouest, 2012, p. 76 : « Quand le jardin n'est plus qu'un mot ».

2 Louis Desgraves, op. cit., p. 58.

3 Il figure bien à l'adresse du 15 rue du Jardin avec son gendre Sommereau sur la liste des fondateurs de la banque.

4 Jean IV de Grailly, Ier de Foix-Béarn, est le père d'Isabel, fille naturelle légitimée, filleule de de sa grand-mère Isabelle de Foix-Castelbon, qui fut donnée en mariage en 1442 au traité de Saint-Loubouer par son frère, le vicomte Gaston de Foix-Béarn, à son capitaine du château de Pau, Bernard, baron de Cauna, afin d'assurer la paix en Chalosse, Marsan et Tursan.

 
Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Jacques de Cauna Chaire d'Haïti à Bordeaux
  • : Site de la Chaire pluridisciplinaire d'Haïti à Bordeaux créée après le séisme du 12 janvier 2010 dans le cadre des activités du CIRESC (Centre international de recherche sur les esclavages du CNRS à l'EHESS). Histoire et culture d'Haïti et de Gascogne. Développement des liens entre la Caraïbe et la région Aquitaine Gascogne.
  • Contact

Recherche

Histoire D'haïti