Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 janvier 2019 6 26 /01 /janvier /2019 17:58
La petite chapelle commingeoise de Paradise Island

La petite chapelle commingeoise de Paradise Island

   Un récent article du blog Esprit Gascon traitant des cloîtres gascons exportés aux Etats-Unis a ravivé en moi quelques souvenirs d'une vie antérieure...

  Lorsque j'étais en poste diplomatique de conseiller culturel auprès de notre ambassade en Jamaïque et aux Bahamas, en résidence à Kingston, il m'est arrivé à quelques reprises de séjourner, lors de mes missions, sur la petite île de Paradise Island, juste en face de Nassau, où je descendais le plus souvent au British Colonial. J'ai découvert là à ma grande surprise, sur une ancienne propriété coloniale, quasiment sur la plage, sous les cocotiers, une ancienne chapelle gasconne (12e-13e s.) qui, m'avait-on dit, venait de Comminges et avait été démontée puis remontée pierre par pierre par l'ancien propriétaire.

  Vérification faite, il s'agissait sans doute de la dernière trace sur place du couvent dit de Montréjeau, évoqué par Guilhem Pépin dans la collection de cloîtres gascons du célèbre musée des Cloisters de New York. Le cloître avait été acheté en 1924 par le fameux et richissime magnat de la presse américaine William Randolph Hearst (le Citizen Kane du film). Il s'agissait en fait d'un ensemble disparate d'éléments d'une demi-douzaine de couvents gascons qui fut acquis plus tard, dans les années soixante, après de nombreuses péripéties, par le nouveau propriétaire de l'île, George Huntington Hartford II (nom qui rappelle celui de ce Lord Huntingdon qui avait pris Tartas en 1441 et en avait confié la garde pour le roi d'Angleterre au sire de Cauna, mon aïeul Louis). Il y avait juste à côté, en guise de piscine, un grand bassin d'eau de mer à l'ancienne entouré de statues à l'antique, une allée reposoir où écouter de la musique classique sous les arbres, et même, disait-on (le personnel local), des fantômes dans les vieilles pierres…

    J'ai su par la suite que cette chapelle existait encore, mais en ruines, comme le reste de la propriété (qui était devenue entre-temps un site du Club Med) en raison de l'installation voisine très peu de temps après mon dernier passage, juste derrière la petite pointe rocheuse où j'allais faire mon footing le matin, d'un immense complexe touristique hollywoodien à grand spectacle (50 000 employés, énormes buildings avec arches, fausse pyramide aztèque… etc., etc.). Tristesse...

   Mais de récentes nouvelles m'apprennent fort heureusement que tout n'aurait pas disparu et même qu'une nouvelle résidence de luxe, sous le nom d'Ocean Club, aurait été aménagée sur le site autour du cloître, dit de Monréjeau (composite en fait), appartenant au même ensemble aménagé sur l'île en 1962.

   Une vérification sur place s'impose !

cloître et chapelle gascons à Paradise Islandcloître et chapelle gascons à Paradise Island

cloître et chapelle gascons à Paradise Island

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Jacques de Cauna Chaire d'Haïti à Bordeaux
  • : Site de la Chaire pluridisciplinaire d'Haïti à Bordeaux créée après le séisme du 12 janvier 2010 dans le cadre des activités du CIRESC (Centre international de recherche sur les esclavages du CNRS à l'EHESS). Histoire et culture d'Haïti et de Gascogne. Développement des liens entre la Caraïbe et la région Aquitaine Gascogne.
  • Contact

Recherche

Histoire D'haïti