Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 avril 2019 2 02 /04 /avril /2019 13:28
Pour ceux qui auraient manqué l'émission de présentation sur la RTS 1, la radio-télévision suisse, une réflexion plus scientifique sur le plus grand monument historique haïtien

Pour ceux qui auraient manqué l'émission de présentation sur la RTS 1, la radio-télévision suisse, une réflexion plus scientifique sur le plus grand monument historique haïtien

Colloque international La transmission dans la Caraïbe les 5 et 6 avril 2019 de 8H30 à 19h à Bordeaux : Maison de le Recherche (Université Bordeaux Montaigne) et au Musée d'Aquitaine.

Le Vendredi 5 avril à 16h30 au Musée d'Aquitaine, communication de Jacques de Cauna :

Préserver pour transmettre et faire vivre : la Citadelle Laferrière, du roi Christophe à l'Unesco

La citadelle Laferrière, érigée après l'indépendance dans les premières années du XIXe siècle par le roi noir Henry Ier Christophe dans le nord d'Haïti, à une quarantaine de kilomètres de Cap-Haïtien, l'ancien Cap-Français, est non seulement l'incontestable sémiophore identitaire majeur d'Haïti – à la fois site naturel, monument historique national et collection d'objets exceptionnels chargés d'histoire – à préserver et transmettre pour les habitants actuels de la première république noire du monde, mais également un lieu de mémoire unique en son genre et probablement aujourd'hui le monument militaire le plus important par ses dimensions et le plus connu par son histoire, de la Caraïbe. Il n'en a pas toujours été ainsi et si elle bénéficie depuis 1982 de l'inscription au patrimoine mondial de l'humanité par l'Unesco, sa transmission jusqu'à nos jours n'a pas toujours été aussi assurée qu'il pourrait y paraître.

C'est à partir de 1979 et jusqu'en 1990, que l'Institut de Sauvegarde du Patrimoine National d'Haïti (Ispan), tout récemment créé, a mis en place et exécuté un programme de préservation et restauration du monument, victime de multiples atteintes dues au temps, au climat et au contexte, tant naturel qu'humain. Il obtint au départ pour son exécution un modeste financement d'une centaine de milliers de dollars qui permit de lancer les opérations et, surtout, matérialisa l'approbation d'instances internationales reconnues : le Programme des Nations Unies pour le Développement (Pnud) et l'Unesco, ouvrant ainsi la voie à d'autres soutiens, notamment ceux de missions diplomatiques et de coopération bilatérale, française en particulier par l'intermédiaire du Centre de Recherche Historique de l'Institut Français d'Haïti et l'assistance d'experts consultants dûment missionnés.

Pensé, voulu, créé et suivi par des acteurs locaux, au premier rang desquels la Société haïtienne d'histoire et de géographie et la jeune équipe de l'Ispan, et malgré un environnement politique difficile, le programme, qui s'est rapidement avéré transdisciplinaire, est non seulement mené à bien en une douzaine d'années dans ses objectifs essentiels de préservation, mais apporte en outre, au fils des ans, des réflexions sous la contrainte et des expériences vécues, un important capital acquis de bonnes pratiques et des capacités de formations d'intervenants appropriés dans une large panoplie de secteurs. Il génère à son exemple d'autres projets du même ordre patrimonial et ouvre pour finir de nouveaux horizons dans de nombreux domaines de la recherche – historique, naturelle et humaine, agronomique, économique... – pour déboucher en fin de compte sur des actions de développement durable. La connaissance des conditions d'une bonne transmission patrimoniale rejoint ainsi une prospective progressiste.

§§§§§

Jacques de Cauna

Historien, docteur d’État (Sorbonne), diplomate dans la Caraïbe pendant vingt-cinq ans, professeur honoraire des Universités d'Haïti et de Pau, ancien directeur du Centre de recherche historique de l'Institut français d'Haïti, il est aujourd'hui chercheur associé au CNRS (conseil scientifique du CIRESC à l'EHESS, titulaire de la Chaire d'Haïti à Bordeaux), auteur de plus de 200 publications, collaborations et communications scientifiques internationales ainsi que d'une quinzaine d'ouvrages parmi lesquels Au temps des Isles à Sucre (Karthala, 1987), L'Eldorado des Aquitains (Atlantica, 1998), Haïti, l'éternelle Révolution (2009), Toussaint Louverture (trois ouvrages, le dernier aux Editions Sud-Ouest, Bordeaux, 2012), Dynamiques caribéennes. Pour une histoire des circulations dans l'espace atlantique, XVIIIe-XIXe siècles (dir., avec Eric Dubesset, P.U. Bordeaux, 2014), Fleuriau, La Rochelle et l'esclavage. Trente-cinq ans de mémoire et d'histoire (Les Indes Savantes, 2017).

Mots-clés : Haïti, Caraïbe, migrations, familles, plantations, esclavage, révolutions, patrimoine.

N.B. : l'émission radiodiffusée reste disponible en podcast sur le site de RTS1, la radio-télévision suisse. 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Jacques de Cauna Chaire d'Haïti à Bordeaux
  • : Site de la Chaire pluridisciplinaire d'Haïti à Bordeaux créée après le séisme du 12 janvier 2010 dans le cadre des activités du CIRESC (Centre international de recherche sur les esclavages du CNRS à l'EHESS). Histoire et culture d'Haïti et de Gascogne. Développement des liens entre la Caraïbe et la région Aquitaine Gascogne.
  • Contact

Recherche

Histoire D'haïti