Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 novembre 2022 5 11 /11 /novembre /2022 16:54
Portrait présumé de Placide Louverture (c) Jacques de Cauna 2014

Portrait présumé de Placide Louverture (c) Jacques de Cauna 2014

Tout porte à croire qu’il s’agit en réalité d’un rarissime portrait de Placide Louverture

(article paru dans la Dépêche du Midi le samedi 5 novembre 2022). 

Ce journal est lu à Ajaccio, et c’est une bonne chose. Notre abonné insulaireBernard Bouisset nous lit en effet sur Internet, et l’article consacré à l’histoire agenaise de la famille de (notre édition de jeudi) particulièrement intéressé. Il nous a donc contactés, pour nous donner un complément d’information passionnant.
Rangé au fond d’un grenier

Retraité, Bernard Bouisset a passé sa jeunesse à Agen. Il est en effet le fils de Pierre – Jean Bouisset, qui travailla durant plusieurs décennies au service des préfets de Lot-et-Garonne (années 1955-1980). Erudit, il fut également vice-président de l’Académie des sciences, lettres et arts d’Agen.

Par ailleurs, la famille Bouisset possédait une résidence secondaire, à Lafrançaise, dans le Tarn-et-Garonne. Or, dans cette maison se trouvait rangé au fond du grenier un vieux tableau. Son état n’était pas suffisant pour qu’il soit exposé, mais un visage restait admirable : celui d’un homme noir. Tout porte à croire qu’il s’agit en réalité d’un rarissime portrait de Placide Louverture, fils du général-héros d’Haïti, et qui vécut à Astaffort de 1821 à 1841. Ce 5 novembre 2022, hommage lui sera rendu, puisqu’une plaque commémorative sera posée sur l’ancienne maison de Placide.

Cette affaire avait été révélée en 2014 par l’historien bordelais Jacques de Cauna – spécialiste de Saint-Domingue. En 2014, il avait rédigé un article pour le Bulletin de la Société académique, expliquant pourquoi selon lui ce tableau était exceptionnel, se rapprochant de l’unique représentation de Placide, sur un médaillon conservé à Port-au-Prince.

Dans cet article, riche d’informations sur la vie des descendants de Toussaint Louverture à Agen comme à Astaffort au début du XIXe siècle, Jacques de Cauna émet plusieurs hypothèses expliquant la présence de ce tableau dans la maison familiale des Bouisset, à Lafrançaise. Et depuis 2014… plus rien. Pierre-Jean Bouisset est décédé, et le tableau a été conservé dans la maison familiale. Le mystère l’encadre encore.

Nécessaire restauration

"Le tableau est abîmé par le temps, reconnaît son propriétaire, mais il a une valeur historique incontestable. Personne, hormis moi, ne semble s’y intéresser…" Ce précieux témoignage de la relation entre la région agenaise et la famille de Toussaint Louverture entre évidemment en résonance avec les cérémonies de ce jour à Astaffort. On imagine l’intérêt qu’il pourrait susciter à Agen, notamment au musée des Beaux-Arts.

Cette année, une représentation d’Agen datant de 1648 avait été léguée par une famille, le musée s’engageant au préalable à faire restaurer l’œuvre. Si un legs du tableau de Placide Louverture est un jour envisagé par les actuels ayants droit, il est fort à parier que le maire d’Agen (qui connaissait Pierre-Jean Bouisset) et le conservateur Adrien Enfedaque chercheront à voir l’œuvre. Devant ce Placide, ils ne sauraient rester de marbre.

Affaire (ou plutôt histoire) à suivre…

    Sébastien Bouchereau

Commentaire

Je trouve avec plaisir votre article au sortir des cérémonies commémoratives très largement suivies qui viennent d'avoir lieu à Astaffort en présence des descendantes de Placide. Je pense effectivement qu'il est important pour l'histoire, aussi bien celle de notre région que celle d'Haïti, que ce tableau soit pris en charge institutionnellement pour une restauration en préliminaire d'une présentation publique. Il faut savoir en effet que l'image que vous présentez provient d'un cliché que m'avait communiqué M. Bouisset et sur lequel j'ai travaillé pour obtenir une représentation améliorée qui fait quelque peu oublier l'état de délabrement du tableau qui nécessite une sérieuse et rapide action de préservation et restauration. J'ai évoqué à plusieurs reprises cette nécessité auprès du public et des autorités, y compris bien sûr à Agen, il y a maintenant près de huit ans (voir le blog Chaire d'Haïti à Bordeaux). Je reste naturellement à la disposition de tous les intéressés pour ce qui concerne mon champ de spécialisation en histoire d'Haïti.

Pr Jacques de Cauna, docteur d'Etat (Sorbonne)
CNRS/EHESS CIRESC Chaire d'Haïti à Bordeaux
Commandeur de l'Ordre National Honneur et Mérite d'Haïti
Président de la Fédération des Académies de Gascogne

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Jacques de Cauna Chaire d'Haïti à Bordeaux
  • : Site de la Chaire pluridisciplinaire d'Haïti à Bordeaux créée après le séisme du 12 janvier 2010 dans le cadre des activités du CIRESC (Centre international de recherche sur les esclavages du CNRS à l'EHESS). Histoire et culture d'Haïti et de Gascogne. Développement des liens entre la Caraïbe et la région Aquitaine Gascogne.
  • Contact

Recherche

Histoire D'haïti