Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 octobre 2013 5 11 /10 /octobre /2013 16:53

 

A venir

 

Jeudi 9 janvier, Bibliothèque municipale de Bordeaux, Société des Bibliophiles de Guyenne, à partir de 17h,

conférence de Jacques de Cauna et signature des ouvrages Mémoires du général Toussaint Louverture et Voyage d'Outre-Mer et infortunes les plus accabblantes de la vie de Monsieur Joinville-Gauban  

 

 

Société des Bibliophiles de Guyenne. Jeudi 9 janvier 2014, 17h

Mémoires historiques de la Révolution haïtienne par deux acteurs des événements :

Toussaint Louverture (1803) et Joinville-Gauban (1829)

 

Ce sont deux grands classiques de l’histoire de l’ancienne colonie française de Saint-Domingue qui viennent d’être offerts récemment en rééditions critiques au public après plus d’un siècle et demi d’absence : le Voyage d’Outre-Mer et Infortunes… de Joinville-Gauban (1829) et les Mémoires du Général Toussaint Louverture… par Saint-Rémy (1853)[1]. Le rapprochement pourrait s’arrêter là entre ces deux témoignages sur la période décisive de la Révolution haïtienne qui mène à l’indépendance du pays en 1804. L’un émane en effet d’un petit-blanc sans grade, l’un de ces très nombreux Aquitains partis de Bordeaux pour l’Eldorado des Îles à sucre à la fin du 18e siècle et revenu dans sa ville natale de La Réole. Et l’autre du grand précurseur de la première république noire du monde, général et gouverneur de la colonie, arrêté, déporté et finalement mort prisonnier au fort de Joux. Gauban écrit une véritable chronique au quotidien des événements qu’il a vécus pendant une quinzaine d’années, de 1789 à 1804, alors que Toussaint se concentre essentiellement sur la courte, mais cruciale, période durant laquelle il a tenu en mains les destinées de la colonie, entre 1794 et 1802, date de son arrestation. D’un côté une relation à usage restreint, tirée à 170 exemplaires seulement à Bordeaux, une sorte de chronique ou d’annales à ambition historique qui se voudrait objective dans sa remarquable fraicheur narrative. De l’autre un mémoire justificatif, retrouvé, commenté et annoté, non sans ambiguïtés, par un historien haïtien, un plaidoyer politique pro-domo qui cherche à convaincre pour la postérité. Le Candide de Voltaire face au Chateaubriand des Mémoires d’Outre-Tombe dans le cadre exubérant d’une île tropicale. Mais profondément unis, au-delà du pays qu’ils aiment, à la fois par le caractère exceptionnel et émouvant de leur aventure et l’importance historique des événements dont ils nous renvoient l’écho précis d’acteurs du haut au bas de l’échelle.

         Jacques de Cauna, docteur d’Etat (Sorbonne)

     CNRS/EHESS CIRESC chaire d’Haïti à Bordeaux


[1] Jacques de Cauna(édit.), Voyage d’Outre-Mer et Infortunes les plus accablantes de la vie de M. Joinville-Gauban, Bordeaux, Imprimerie de H. Faye Fils, sd [1829], 2 tomes (280 + 256 p.) (1829), réédit. t. I, Guitalens-L’Albarède, Ed. La Girandole, 2011, 02 p. [portrait inédit en couverture], et Mémoires du Général Toussaint Louverture… [pouvant servir à l’histoire de sa vie], commentés par Saint-Rémy, réédition critique de l’ouvrage de 1853 avec préface, notes, portrait original et édition du manuscrit original, Guitalens-L’Albarède, Ed. La Girandole, 2009, 280 p. [portrait en pied par Baquoy en couverture].

                                                                               

 

Mémoires du général Toussaint Louverture. Portrait par Baquoy

 

Joinville Gauban Voyage1

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A écouter (cliquez sur le titre ou l'image)

Jacques de Cauna - Toussaint Louverture - YouTube

Jacques de Cauna vous présente son ouvrage "Toussaint Louverture" aux  Editions Sud-Ouest, Bordeaux...

: //www.mollat.com/livres ...

 

 

www.youtube.com/watch?v=_SfkTwLWuiQ

22 mai 2013 - Ajouté par Librairie Mollat 

 

Activités du 4e trimestre 2013

 

Jeudi 26 décembre, notes sur la famille sépharade bordealaise Victoria au Cap-Français (18e s.), communication à M. Philippe Maffre (Direction Régionale des Affaires Culturelles d'Aquitaine).

Mercredi 11 décembre, Université Bordeaux 3, 9h, Salle des Actes, ouverture du colloque du CELAC "Cuba et la Caraïbe" en hommage au professeur Jean Lamore,

16h, communication Jacques de Cauna (CNRS/UPPA), "Destinées franco-cubaines de familles de la plantocratie : les Delisle et les Truffin". Jeudi 12,  Université Bordeaux 4, CMRP, salle Manon Cormier, et Vendredi 13, Musée d'Aquitaine, poursuite et fin du colloque.

affiche_colloque_Cuba.jpeg

cafetal-Fraternidad.jpg

Cafetal Fraternidad, Santiago de Cuba

Le rêve américain des Delisle : de Labastide d'Armagnac

à Santiago de Cuba en passant par Saint-Domingue.

Résumé

C’est grâce à une correspondance familiale retrouvée depuis peu dans un château du Gabardan (Landes) que l’on peut connaître les grandes lignes de l'aventure antillaise tout à fait représentative d'une famille de l’Armagnac landais originaire de Labastide d'Armagnac, aux confins du Gers et des Landes. Le père, Joseph Delisle, le premier à partir pour les Îles est donc un Gascon, négociant en voie de créolisation complète par mariage avec une héritière de Saint-Domingue où naissent trois enfants. Une fille qui rentre mariée dans le Gers avant la Révolution et finit dans la gêne sur un petit domaine rural local, un fils cadet réfugié de Saint-Domingue au moment des troubles, qui devient contrôleur des contributions en Normandie, et l’aîné, planteur caféier à Saint-Domingue et enrichi par un riche mariage créole, qui émigre à Cuba où il fait fortune dans le café. Naturalisé cubain en 1809, il rentre en France en 1825 et meurt en 1836 châtelain de Caumale à Escalans (Landes), tout près de Labastide d’Armagnac, ayant ainsi réalisé le vieux rêve de tout colon américain : revenir richissime au pays. Après son retour, son fils Gustave et son neveu Charles poursuivent à la troisième génération l’aventure antillaise de la famille à Cuba comme gérants des biens (cafetals) de la Ninfa et de la Romaine au moins jusqu’en 1852, pendant que ses filles se voient offrir de beaux mariages richement dotés dans la noblesse française.  

 

Vendredi 6 décembre,transcription et envoi de la lettre du 17 janvier 1793 du colon Bérault au sujet de son esclave Armand, général des insurgés des Platons (Les Cayes, Haïti, Bordeaux, Nantes, demande familiale, de Malaga).

Samedi 30 novembre, Palais de la Bourse, 9h-18h30 : Vino Bravo, rencontres organisées par Le Point et les producteurs bordelais : conférences particulièrement appréciées d'Hubert Bonin (histoire économique, Sciences-Po Bordeaux) et de Michel Mafesoli (sociologie, La Sorbonne)

Vendredi 22 novembre, Bordeaux, matinée : Archives départementales de la Gironde, recherches pour le professeur Pierre Boulle (Université Mac Gill, Canada), édit du Parlement de Bordeaux de 1571 relatif à la libération d'esclaves de traite sur le sol français.

Document notarié du 9 mars 1549 (Maître Guillhem Peyraud, cote 3 E 10005, fin de registre) a/s dame Marguerite de Ségur, veuve de feu Jacques de Cauna, seigneur baron de Poyloault.

Après-midi : Musée d'Aquitaine, visite de l'exposition permanente Bordeaux au 18e s. avec Jean-Denis de Biaudos de Castéja et Raoul du Réau de La Gaignonnière, descendant de la famille de Bréda.

Mercredi 20, Bordeaux, déjeuner suite à l'hommage à Etienne Morin et plaque de rue apposée au quartier Ravezies.

Mercredi 17 novembre, Bordeaux, accueil d'un groupe d'entrepreneurs suisses : visite-parcours d'histoire de Bordeaux, de la place de la Bourse à la Porte de la Monnaie par les quais et les rues de la Fusterie et Carpenteyre (Martinès de Pasqually). Déjeuner à la Tupiña.

Jeudi 14 novembre, Musée d'Aquitaine, Chaire d'Haïti à Bordeaux, remise pour étude des archives de la famille Acquart-Vignes (Bordeaux, Blanquefort, Saint-Domingue) par M. Olivier Taleb, descendant.

Mercredi 13 novembre, Bordeaux, Automobile-Club, Centre d'études dynastiques, conférence de Mathieu-Bernard Le Royer, professeur d'histoire, et dîner.

Lundi 11 novembre, Centre Généalogique des Landes, en tqualité de coprésident, retour signé à la Mairie de Dax (40) de la convention d'occupation des locaux de l'Hôtel de Saint-Martin d'Agès, 27, rue Cazade, par le CGL. JOur de réception du public, le Mercredi.  

Vendredi 8 novembre, Bordeaux, marché des Chartrons, vernissage de l'exposition Haïti Futur, tableaux, artisanat et actions éducatives numériques en Haïti. Samedi et dimanche 9 et 10 novembre, interventions et spectacles divers, dont Jacques de Cauna, Une petite histoire d'Haïti par l'image (projection power-point).Nombreux public. Excellent accueil.

8-10 novembre 2013, Haïti-Futur, Bordeaux 

Samedi 2 novembre, Biarritz, Casino, Salon des Ambassadeurs, Grand Bal de Russie à Biarritz, à l'invitation de M. Alexandre de La Cerda, connsul de Russie à Biarritz. Toujours aussi exceptionnel. L'événemet de l'année (compte-rendu à venir).

Samedi 2 novembre, à Biarritz, au casino,

le grand Bal de Russie est de retour !

(voir l'album de la dernière édition dans le dossier Images de ce blog)

A l'invitation d'Alexandre de La Cerda, vice-consul de Russie à Biarritz.

Bal de Russie 2013 avant bal à Capbreton 1

Avant-bal à Capbreton

Jeudi 31 octobre, Hagetmau (40), ouverture de la médiathèque, soirée lecture d'extraits d'ouvrages. Reportée.

Samedi 26 octobre, à Mauléon d'Armagnac, 9h, conseil d'adminsitration du Conservatoire du Patrimoine de Gascogne.

Vendredi 25 octobre, Bordeaux, Musée d'Aquitaine, accueil et réunion de travail avec Dr Alfred Lemon, directeur du Williams Research Center, membre de la Historical New Orleans Collection, préparation de la commémoration du "Louisiana Purchase" en 2014, avec Mme Anne Marbot, AQAF (Association Québec Amérique du nord francophone), et M. François Hubert, directeur du musée d'Aquitaine. Cette réunion a été reportée.

Jeudi 17 octobre, Biarritz, Université du Temps Libre, conférence dans le cadre des Jeudis de l'UTLB, à 16h15. 

L'Eldorado des Aquitains

Gascons, Basques, Béarnais à Saint-Domingue

Jacques de CAUNA, Professeur d'université, Docteur d'Etat

Nombreux public (salle comble).

Mardi 15 octobre, Bordeaux, Musée d'Aquitaine, 18 heures, Mémoires Vives. Une Histoire de l'Art Aborigène, à l'invitation de Mme Aurélie Filipetti, ministre de la Culture, et de M. Alain Juppé, maire de Bordeaux, en présence de Son excellence M. Ric Wells, ambassadeur d'Australie en France. Réception offerte par les vignobles Travers.

Samedi 11 octobre, Musée d'Aquitaine, Bordeaux, Hommage à Aimé Césaire, en présence d'Euzhan Palcy, à l'invitation de M. Alain Juppé, maire de Bordeaux.

Vendredi 10 octobre : Bordeaux, Archives Départementales de la Gironde, 17h30, Vignes à la carte. Mille ans d'évoution en Bordelais (XIe-XXe siècle), à l'invitation de M. le Président du Conseil Général de la Gironde

 

Familles en cours d'étude : Acquart, Vignes (Bordeaux, Blanquefort, Jacmel, archives familiales), de Dufourcq de Membrède, de Ribeaux, de Heredia, Girard, de Casamajor (Béarnais de Cuba, 19e s., Arthez-de-Béarn, Orthez, Sauveterre), Habas, Jourdelle (Labastide-Villefranche), Victoria, Mendès (Bordeaux, Antilles, familles sépharades, demande de la Drac Aquitaine), de Cauna de Poyloault, de Ségur, d'Escodéca de Boisse (Landes, Bordeaux, notariat 16e, Jacques de Cauna, baron de Poyloault, pièce inédite), de Navailles, de Navailles-Labatut, de Navailles-Banos, de Navailles-Sirgos, de Navailles-Bonnas (Dumes, Landes, Béarn, Bigorre, Saint-Domingue, archives familiales, comte de Navailles), Saint-Macary (Auterrive-du-Gave, Saint-Marc, Saint-DOmingue), de La Valade du Repaire de Truffin (Périgord, La Rochelle, Saint-Domingue, Cuba, Matanzas, Camaguëy, La Havane), Peyrucain, Lafourcade, Pédelucq, Darricau, Darricau de Traverses (St-Martin de Seignanx, Pouillon, Tartas, Etats-Unis), Labadie, Laroque (demande haïtienne), Lassaigne, Bertel (Périgord, Champagne), Chemisson-Lassaigne, Hauquiez (Saint-Domingue), Dubreil de Fontreaux, La Croix de Ravignan (Charentes, Landes, Saint-Domingue), Grand de Chateaublond, Caradeux, Fleuriau, Boissonnière (Saint-Domingue, demande canadienne), Delisle, Duverger, Gallien de Préval, Raynal, de Mons d'Orbigny, Morel, Ducis, Dufourcq, Lentilhac de Sédières, Favier (Saint-Domingue, Nouvelle-Orléans), de Villeré, Villoutrey de Brignac, Duverger, Préval, de Mons d'Orbigny (Louisiane), Laffite, You, Humbert (La Nouvelle-Orléans), Duvergé (République Dominicaine, Louisiane), Preval, Morel, Ferrer, Ulecia Cardona (Cuba), Truffin, Sarria (Cuba, Camaguëy), Deniau (La Réole, Haïti), Taillade (Montauban, peintre), Guillon, Guillon-Léthière (Paris, Guadeloupe), Pirly (Le Dondon, Saint-Domingue, demande de Mme Michèle Nahon), Lescar, Péfaur, d'Arthez-Lassalle (Béarn, Landes), de Monck d'Uzer (Bigorre, Saint-Domingue, alliance de Cauna), de Marque (Tartas, Saint-Domingue, allianc e de Cauna), de Montesquiou, d'Artagnan, d'Astarac de Fontrailles (Gers, alliance de Cauna), de Cauna de Dorro, du Lys, de Périsser, de Hoo, de Brassalay (Bougarber, 64)

Si le Château de Caumale m’était conté …

ou la découverte d’une incroyable histoire créole en cours d’écriture dans le Gabardan.

 

Situé à Escalans, cet imposant château gascon du Moyen Age a connu une histoire peu commune. Si au départ, son destin suit l’histoire de France : riche domaine féodal et de chasse, il est à la fois le fief de la famille d’Albret mais également un lieu de refuge pour Gabarret et ses habitants pendant la guerre de Cent Ans et des religions. Dans le paysage, sa silhouette élancée et massive est quelque peu surprenante avec ses 5 tours dont quatre d’angle qui allègent un imposant corps de logis entouré de murs d’enceinte transformés en chais.

En 1758, son importance est telle qu’il est qualifié de « château et jardin noble » dans les archives de la famille de Caumale qui restera propriétaire jusqu’au XIXe siècle. En 2002, il est classé monument historique grâce à la détermination de ses propriétaires actuels : Geneviève et Pierre Fabre, épris et motivés pour en faire un lieu d’exception culturelle.

L’’histoire qui nous intéresse est celle de son passé colonial au XIXe siècle entre Saint-Domingue, Cuba et la Louisiane , dans le sillage des familles Delisle-Duverger qui possèdent les plantations les plus anciennes de Saint-Domingue ainsi que d’autres à Bâton Rouge en Louisiane. Epris d’aventure et dotésd’un sens des affaires bien aiguisé, les Delisle étaient également armateurs de bateaux commerciaux des deux côtés de l’Atlantique. Cette fortune coloniale leur a permis d’acquérir cet important domaine de Caumale en 1820.

Longtemps conservées par l’Abbé Michel Devert, les archives de cette famille viennent d’être restituées aux propriétaires qui ont engagé un important travail d’inventaire avec de jeunes étudiants américains placés sous la houlette de Jacques de Cauna, historien spécialiste des liens entre l’Aquitaine et l’espace Caraïbe. Un nouveau chapitre de l’histoire de Caumale est en cours d’écriture et avec un peu de patience, nous découvrirons la vie quotidienne et les échanges commerciaux d’une famille d’origine landaise bien implantée localement mais avec des habitudes créoles (entre autres la tenue d’un potager colonial par des hommes de couleur…) et d’importants entrepôts où s’entassaient aussi bien des sacs de café, des fèves de cacao, du coton et d’indigo … que des « barricots » d’Armagnac . Un lieu déjà bien identifié à l’international car les archives font état d’un mariage en 1820 où les amis de la famille sont Rochambeau Fils, Vilmorin, Humbolt …

Le 19 juillet, à l’occasion de la cérémonie officielle d’ouverture du château, les propriétaires ont reçu les prix de la French Heritage Society ainsi que celui de la Demeure Historique ; il s’agit d’une aide financière et d’un label de l’excellence patrimoniale du site.

Passionnés et déterminés, Geneviève et Pierre Fabre ont fait part de leurs projets de voir un jour le château de Caumale complètement restauré grâce au soutien des visiteurs et des amis, de fonds privés et publics ou encore au financement participatif sur les réseaux sociaux  via le site de MyMajorCompany pour les différentes tranches de travaux qui vont être entrepris. Le château est dorénavant ouvert à la visite sur rendez-vous pendant l’été et propose des conférences pour les adhérents de l’association des Amis de Caumale.

Le Château dispose actuellement d’une belle collection de chocolatières et de serveuses qui illustre le monde de consommation du café et du chocolat venu des colonies depuis le XVIIIe siècle. Les intérieurs modifiés au XIXe siècle par les Delisle –Duverger, ont été reconstitués par les nouveaux propriétaires. La visite comprend également la montée de la tour de l’escalier ainsi que la découverte des salons et chambres de type consulaire dont celle de Rochambeau fils.

Anne Marbot

Pour tout complément d’informations, www.chateaudecaumale.fr 

Partager cet article

Repost 0
Published by jdecauna
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Jacques de Cauna Chaire d'Haïti à Bordeaux
  • Le blog de Jacques de Cauna Chaire d'Haïti à Bordeaux
  • : Site de la Chaire pluridisciplinaire d'Haïti à Bordeaux créée après le séisme du 12 janvier 2010 dans le cadre des activités du CIRESC (Centre international de recherche sur les esclavages du CNRS à l'EHESS). Histoire et culture d'Haïti et de Gascogne. Développement des liens entre la Caraïbe et la région Aquitaine Gascogne.
  • Contact

Recherche

Histoire D'haïti