Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
20 février 2017 1 20 /02 /février /2017 08:49
autres activités : 8 octobre, Bayonne, Salon international GHF ; 15 octobre, Tartas, circuit chalossais par Souprosse, Cauna, Mugron, Boucosse, Poyanne... (suite dans Bulletin CGL 119-120, 3e et 4e trim. 2016).

autres activités : 8 octobre, Bayonne, Salon international GHF ; 15 octobre, Tartas, circuit chalossais par Souprosse, Cauna, Mugron, Boucosse, Poyanne... (suite dans Bulletin CGL 119-120, 3e et 4e trim. 2016).

Repost 0
Published by jdecauna
commenter cet article
15 février 2017 3 15 /02 /février /2017 14:36
Il y a dix-sept ans... dédicace retrouvée dans la maison familiale...

Il y a dix-sept ans... dédicace retrouvée dans la maison familiale...

Papiers de famille. Une dédicace parentale.
Repost 0
Published by jdecauna
commenter cet article
31 janvier 2017 2 31 /01 /janvier /2017 13:50
Les Lamerenx d'Uhart-Juzon et les Mouscardy. Deux familles de La Bastide-Clairence émigrées à Saint-Domingue (Haïti, St-Martin-du-Dondon), Cuba (Matanzas) et la Louisiane (La Nouvelle-Orléans).
Les Lamerenx d'Uhart-Juzon et les Mouscardy. Deux familles de La Bastide-Clairence émigrées à Saint-Domingue (Haïti, St-Martin-du-Dondon), Cuba (Matanzas) et la Louisiane (La Nouvelle-Orléans).

Les Lamerenx d'Uhart-Juzon et les Mouscardy. Deux familles de La Bastide-Clairence émigrées à Saint-Domingue (Haïti, St-Martin-du-Dondon), Cuba (Matanzas) et la Louisiane (La Nouvelle-Orléans).

Hapette trinketaren orhoitari

Pour tous ceux qui s'intéressent à notre histoire pyrénéenne et à son ouverture internationale sur les Amériques. Et qui veulent connaître et comprendre le fond coutumier qui les régit. Une somme incontournable en même temps qu'une fascinante saga développant sur fond de plantations, piraterie, esclavage, révolutions, fortunes et ruines, l'épopée de deux familles pyrénéennes transatlantiques dans une étude de cas fondée sur de minutieuses recherches en archives et une solide connaissance à la fois du terrain des coutumes locales navarraises et des cadres conceptuels posés par les grands précurseurs de l'ethno-sociologie (Lévi-Strauss, Bourdieu...) et les chercheurs locaux (Arrizabalaga, Blazquez, Cauna, Nassiet...). Avec l'appui d'un solide réseau amical de proximité pourvoyeur d'informations inédites, dans la lignée de Gabriel Debien et de L'Eldorado des Aquitains. Un travail exemplaire et une lecture passionnante, d'une rare finesse d'analyse. Un grand merci à Pierre Force !

 

Repost 0
Published by jdecauna
commenter cet article
27 janvier 2017 5 27 /01 /janvier /2017 16:22
Sorties en Chalosse : Tartas, Cauna, Caupenne, Mugron, Maylis...

Sorties en Chalosse : Tartas, Cauna, Caupenne, Mugron, Maylis...

Louis de Cauna, Charles VII et la Jornada de Tartas (1442).

Louis de Cauna, Charles VII et la Jornada de Tartas (1442).

Légendes des images

Et là, son armée départtit
Pour s'en venir droit à Tartas...
Car avant certain temps et jours
Estoit dit que se les François
N'avoient à la Saint Jehan secours
La ville seroit aux Angloys
 
Comment les François tindrent la 
Journée et attendirent les Angloys
 

C'est en vertu de ce "gentlemen's agreement" destiné à éviter l'effusion de sang que que le capitaine gascon Louis de Cauna, gouverneur pour le roi d'Angleterre duc d'Aquitaine, n'ayant pas été secouru à temps, remit les clés de la ville au roi Charles VII en personne le jour de la Saint-Jean et jura d'être désormais français lui et toute sa descendance. Celui-ci l'arma chevalier sur le le champ et les habitants élevèrent un mémorial de cet événement qui fut fêté pendant longtemps dans la ville tous les 23 juin. 

Repost 0
Published by jdecauna
commenter cet article
25 janvier 2017 3 25 /01 /janvier /2017 13:41
Michel le Basque enfin identifié

BasKulture

LA LETTRE DU PAYS-BASQUE

Histoire19 jan. 2017 | Par Jacques de Cauna

Michel le Basque enfin identifié

Michel le Basque, dont le sobriquet indique clairement l'origine, est une figure mythique des grandes heures de la flibuste à l'Île de la Tortue. Ancien officier d'infanterie ayant combattu auparavant en Europe, il se signala notamment comme commandant des troupes de terre lors de l'expédition contre Maracaïbo et Gilbraltar en 1666 menée avec son compère le cruel François Nau, dit L'Olonais, à la tête de huit navires et sept cents hommes, la première grande entreprise continentale des flibustiers. Mécontent du butin, il revint l'année suivante de sa propre initiative à Maracaïbo, prit à nouveau la ville avec quarante hommes seulement et défit au retour l'escadre de Carthagène appelée au secours. Deux ans plus tard, il commandait « Le Dauphin », ancien navire de L'Olonais, et fut l'auteur de nombreuses prises en compagnie de Junqua, dont les « armadillas » de Carthagène et la hourque du Honduras. Certains le disent à l'expédition de Campêche en 1685 avec le célèbre chevalier de Grammont mais d'autres le présument mort avant cette date, disparu en mer dans des circonstances inconnues.
On pensait encore il y a peu ne jamais pouvoir connaître ni son patronyme ni son lieu d'origine exacts, bien qu'on le présumât natif de Saint-Jean-de-Luz où une rue porte son nom depuis 1925, alors qu'une version fantaisiste gasconne en faisait un Dacquois nommé Michel Arimblar. Mais nous avons pu l'identifier récemment de manière très précise à partir des archives générales des Indes espagnoles (Archivo General de Indias) conservées à Séville. On y apprend en effet qu'il se nommait en réalité Michel de Maristéguy.
Selon le témoignage en justice du capitaine Don Pablo Martinez del Vergara, son père s’était marié deux fois, la seconde avec une demoiselle basque espagnole qui lui avait donné un enfant nommé Antonio de Maristeguy devenu plus tard capitaine de vaisseau de la marine espagnole. C’est par ce demi-frère, que Michel le Basque rencontra deux fois dans ses courses, que nous savons tout cela, car les archives conservent des accusations portées contre lui.

Le témoignage de l’alferez Diego Sanchez Cabeza rapporte qu’en l’an 1666, quatre jours après avoir quitté l’île de la Saôna où il avait dû mouiller pour réparer un gouvernail, il avait été pris par une escadre de huit flibustiers français (celle de Nau L’Olonois et Michel le Basque qui se dirigeait vers Maracaïbo) et avait appris que le général français pour les troupes de terre s’appelait « Monsieur Maristeguy » et celui pour les troupes de mer « Juan Frances » (Jean-François, qui était le prénom de Nau L’Olonais). Antonio de Maristeguy lui-même reconnut lors de son procès, qu’il avait aperçu son frère sur la côte sud de Saint-Domingue en train de caréner à l’île de la Saôna les quatre navires d’une petite escadre flibustière qu’il menait et que lui, Antonio, n’avait pas voulu l'attaquer, quoiqu’en forces très supérieures.

Plusieurs témoins rapportent enfin que le jour où les flibustiers s’apprêtaient à quitter le lagon de Maracaïbo, un navire espagnol nommé « El Macaruco » se présenta devant la passe ignorant ce qui s’était passé. Le général français avait soudain semblé très ennuyé en apprenant le nom de son capitaine qui n'était autre qu'Antonio de Maristeguy. Il avait alors demandé en secret au pilote quel était le signal convenu en cas de danger de présence ennemie dans la place et il l’aurait fait hisser à l’insu de ses hommes pour empêcher que son frère ne tombe dans le piège en pénétrant dans la baie à la suite du pilote qu’on lui avait envoyé.

Le nom de celui qu’Exquemelin, le célèbre chirurgien de la flibuste, appelle Michel le Basque, faute de se souvenir de son vrai patronyme, est donc bien Michel de Maristeguy, originaire d'Oñate [Oñati] en Guipuzcoa, comme le conquistador Lope de Aguirre.

                                                                                                           Jacques de Cauna,

                                                                                                 Docteur d'Etat (Sorbonne)

 

 

 

Repost 0
Published by jdecauna
commenter cet article
23 janvier 2017 1 23 /01 /janvier /2017 14:42
Naissance d'Arnaud XVII (comme Louis !) le 21 janvier 2017

Arnaud de Cauna est né à Bordeaux le 21 janvier 2017, 224e anniversaire de la mort de Louis XVI. Il est le XVIIe porteur du prénom parmi les descendants d'Arnaut-Guilhem de Marsan (Arnaud, fils de Guillaume, ca 1125-1185), coseigneur de Marsan, Roquefort, Montgaillard, seigneur de Cauna... etc., le troubadour d'Aliénor :

Arnaud de Marsan, premier du nom, chevalier, seigneur de Cauna, Mauco, Miramont... etc. (ca 1200-1263)

Arnaud II de Marsan, chevalier, seigneur de Cauna, Cénas, Lagastet... etc. (ca 1243-1287)

Arnaud III de Marsan, chevalier, seigneur de Cauna, Poyaler, Sort... etc. (ca 1270-1318)

Arnaud IV de Marsan, chevalier, seigneur de Cauna, Mugron, Labouheyre... etc. (ca 1300-1346)

Arnaud V de Marsan, chevalier, baron de Cauna, Montaut, Lourquen... etc. (ca 1320-1372)

Arnaud VI de Cauna, écuyer, damoiseau en 1367

Arnaud VII de Cauna, chanoine de l'évêché d'Aire sur l'Adour en 1427

Arnaud VIII-Guilhem de Cauna, chevalier, seigneur d'Hugues et Sarniguet en 1453

Arnaud IX-Guilhem, alias Guilhem-Ramon, chevalier, baron de Cauna, Poyaler, Toulouzette, Meillon..., etc. (ca 1443-1502)

Arnaud X de Cauna, écuyer, sieur de Camiade en Tartas, hommes d'armes de la compagnie du roi de Navarre en 1550

Arnaud XI de Cauna, écuyer, sieur de Camiade en Tartas, hommes d'armes de la compagnie du roi de Navarre en 1603

Arnaud XII de Cauna, sieur de Coucouze en Tartas en 1692

Arnaud XIII de Cauna, sieur de Laurens en Tartas en 1721

Arnaud XIV de Cauna, cadet, à Tartas en 1721

Arnaud XV de Cauna, cadet, à Tartas en 1721

Arnaud XVI de Cauna, sieur de Ladevie en Carcarès en 1774  

Repost 0
Published by jdecauna
commenter cet article
19 janvier 2017 4 19 /01 /janvier /2017 17:17
Professeur Jacques de Cauna et sa classe préférée (1976). Signature-vente "Antilles 1789. La Révolution aux Caraïbes" Librairie Pétionville (1989)
Professeur Jacques de Cauna et sa classe préférée (1976). Signature-vente "Antilles 1789. La Révolution aux Caraïbes" Librairie Pétionville (1989)

Professeur Jacques de Cauna et sa classe préférée (1976). Signature-vente "Antilles 1789. La Révolution aux Caraïbes" Librairie Pétionville (1989)

Repost 0
Published by jdecauna
commenter cet article
10 janvier 2017 2 10 /01 /janvier /2017 15:04
L'histoire basque secrète d'Haïti : Michel le Basque enfin identifié ! GHF, n° 93, sept. 2016
L'histoire basque secrète d'Haïti : Michel le Basque enfin identifié ! GHF, n° 93, sept. 2016

Le pilote et cartographe basque qui entraîna Colomb vers Haïti - Juan de Lakosa.

Le grand flibustier Michel le Basque enfin identifié - Michel de Maristéguy

Des Basques travaillant la terre comme des esclaves noirs dans le sud - à la Grande-Anse

Un corsaire basque à l'origine des grandes familles du sud d'Haiti - David Sansaricq à Jérémie

Le grand chef des noirs marrons prend le nom du gouverneur basque qu'il admire - Belzunce 

Un Basque réforme la justice coloniale - Charritte

Un Bayonnais premier défenseur des hommes de couleur - Jean-Baptiste Gérard

Un Basque premier maire de Port-au-Prince - Michel-Joseph Leremboure

Le syndic des Etats de Navarre libère les esclaves - Etienne de Polvérel

Un Basque aide-de-camp de Toussaint -Louverture - Lamerenx d'Uhart-Juzon

Un Bayonnais agent secret de Toussaint-Louverture - Dubuisson

Le Basque qui osa tirer le premier sur le tyrannique Empereur Jacques Ier Dessalines - Garat 

Un Basque fondateur de la franc-maçonnerie haïtienne indépendante (REAA) - Charlesteguy 

Un descendant de Basques, premier évêque haïtien des Etats-Unis - Mgr Guy Sansaricq

Un fort et une rivière des Bayonnais, un pic Macaya, un St-Michel de l'Atalaye en Haïti...

et bien d'autres révélations dans le dernier numéro (n° 93) de GHF (Généalogie et Histoire des Familles du Pays Basque et de l'Adour Maritime) en lisant l'article de Jacques de Cauna :  "Basques et Bayonnais à Saint-Domingue", p. 3-11. toujours, bien sûr, pour en savoir plus, le classique L'Eldorado des Aquitains. Gascons, Basques et Bayonnais aux Îles d'Amérique, Biarritz, Ed. Atlantica, 1998 (épuisé mais en bibliothèques).

Repost 0
Published by jdecauna
commenter cet article
8 janvier 2017 7 08 /01 /janvier /2017 17:25
Pétionville (Haïti), 1990. Remise de la croix et cravate de Commandeur de l'Ordre National Honneur et Mérite de la République d'Haïti pour services rendus au pays : comité directeur de la Socité Haïtienne d'Histoire et de Géographie : Jean Fouchard, Alain Turnier, Peter Frisch, Jacques de Cauna, Marcel Bonaparte Auguste, Georges Corvington

Pétionville (Haïti), 1990. Remise de la croix et cravate de Commandeur de l'Ordre National Honneur et Mérite de la République d'Haïti pour services rendus au pays : comité directeur de la Socité Haïtienne d'Histoire et de Géographie : Jean Fouchard, Alain Turnier, Peter Frisch, Jacques de Cauna, Marcel Bonaparte Auguste, Georges Corvington

Publications de Jacques de Cauna (Histoire d'Haïti et des Antilles)

Liste bibliographique par catégories, ordre chronologique décroissant

 

Ouvrages scientifiques (ou chapitres de ces ouvrages)

 

- Dynamiques caribéennes. Pour une histoire des circulations dans l’espace atlantique (XVIIIe-XIXe siècles), Pessac, Presses Universitaires de Bordeaux, juillet 2014, 400 p. [co-direction avec Eric Dubesset, actes du colloque Université de Bordeaux, CMRP, Musée d’Aquitaine, 16-17 mai 2013].

- La société des plantations esclavagistes. Caraïbes francophone, anglophone, hispanophone, regards croisés, Paris, Les Indes savantes, 2013, 182 p. [avec Cécile Révauger, co-dir., actes du colloque de Bordeaux 3, 2009]

- Toussaint Louverture. Le Grand Précurseur, Bordeaux, Editions Sud-Ouest, 2012, 351 p., nombreuses illustrations.

- Voyage d'Outre-Mer et Infortunes les plus accablantes de la vie de M. Joinville-Gauban, Guitalens l'Albarède, La Girandole Histoire, 2011, 402 p., carte, portrait [réédition critique de l'ouvrage de 1829 avec notes et avant-propos].

- Bordeaux au XVIIIe siècle, le commerce atlantique et l'esclavage / Bordeaux in the 18th century. Trans-Atlantic Trading and Slavery, catalogue bilingue français/anglais de l'exposition permanente du Musée d'Aquitaine, Bordeaux, le Festin, 2010, 202 p., nombreuses illustrations.

- La traite bayonnaise au XVIIIe siècle. Journal de bord, instructions et projets d’armement, avec Marion Graff, collection Les écrits du for privé des Pays de l’Adour, Université de Pau, Editions Cairn, 2009, 180 p., cartes, tableaux, ill.

- Mémoires du Général Toussaint Louverture, annotés par Saint-Rémy, réédition critique de l’ouvrage de 1853 avec préface, notes, portrait original et édition du manuscrit original, Guitalens-L’Albarède, Ed. La Girandole, 2009, 280 p.

- Haïti, l’éternelle révolution. Histoire de sa décolonisation (1789-1804), Monein, Edit. Pyrémonde/PRNG, 2009, 282 p. [Réédition revue et augmentée d’annexes et dernier état de la recherche : Le soulèvement des esclaves, Toussaint Louverture et la Franc-maçonnerie, p. 245 sq.].

- Toussaint Louverture et l'indépendance d'Haïti. Témoignages pour un bicentenaire, Paris, Ed. Karthala et Société Française d'Histoire d'Outre-Mer, 2004, 299 p, 78 ill., chronologie comparée [édition de textes et recherches personnelles].

- Au temps des Isles à sucre, Histoire d’une plantation de Saint-Domingue au xviiie siècle, Paris, Éd. Karthala, 2003, 288 p., réédition [1987, condensé de la thèse de doctorat de 3e cycle, prix de l'Académie des Sciences d’Outre-Mer].

- Cadets de Gascogne, tomes I (259 p.), II (252 p.) et III (247 p), Bordeaux, 2002-2004, réédition Princi Negue, 2004, et tome IV, 2006 (303 p.), prix des Trois Couronnes 2009 (histoire régionale).

- L’Eldorado des Aquitains, Gascons, Basques et Béarnais aux Îles d’Amérique, Biarritz, Éd. Atlantica, 1998, 541 p., prix de l’Académie Nationale des Belles-Lettres, Sciences et Arts de Bordeaux [publication de partie de La Colonisation française aux Antilles : les Aquitains à Saint-Domingue (17e-18e siècles), thèse de Doctorat d’État, Université Paris IV- La Sorbonne, 12 janvier 2000, 3 vol (437 p. + 410 p. + 12 travaux)].

- Haïti, l’éternelle Révolution, Port-au-Prince, Éd. Henri Deschamps, 1997, 363 p., prix de la Société Haïtienne d’Histoire et de Géographie, [synthèse d’une partie de l’HDR Plantations, colons et esclaves de Saint-Domingue, Travaux sur la société et l’héritage colonial en Haïti, Habilitation à diriger les recherches, Histoire moderne, Fort-de-France, Université des Antilles et de la Guyane, 1994, 150 p. de synthèse, travaux et publications jusqu’en 1994].

- Antilles 1789. La Révolution aux Caraïbes, Paris, Éd. F. Nathan, 1989, 224 p. [chapitres généraux et partie sur Saint-Domingue, en collaboration avec Lucien Abenon et Liliane Chauleau pour les petites Antilles, préface d’Aimé Césaire].

 

Chapitres, collaborations

 

- Creolization in the French Americas (edited by Jean-Marc Masseaut, Jordan Kellman and Michael Martin) : « Creole/Creolism/Creolization/Créolité », University of Louisiana Press, Lafayette, La, USA, 2016, p. 173-175.

- Les Amériques [dictionnaire], Tome I – Du Précolombien à 1830 (dir. Michel Bertrand, Jean-Michel Blanquer, Antoine Coppolani), Paris, Ed. Robert Laffont, sept. 2016 : "Antilles françaises, petites Antilles", p. 118-120 ; "Créole, créolisme, créolisation, créolité" (avec Nathalie Dessens et Bernard Lavallé), p. 277-282 ; "Révolution haïtienne", p. 811-816 ; "Saint-Domingue, ou Haïti", p. 836-838.

- Cimetières et identités (dir. Patrice Courtaud, Sacha Kacki et Thomas Romon) : « Le cimetière intérieur de Port-au-Prince dans le patrimoine funéraire haïtien », MSHA, Ausonius Editions, Bordeaux, 2015, p. 71-88.

- Du Brésil à l’Atlantique. Essais pour une histoire des échanges culturels internationaux. Mélanges offerts à Guy Martinière (dir. Laurent Vidal et Didier Poton) : "Une famille transatlantique : les Fleuriau", CRHIA, Presses Universitaires de Rennes, 2014, p. 181-197.

- Le Monde maçonnique des Lumières (Europe-Amériques & Colonies). Dictionnaire prosopographique (dir. Charles Porset et Cécile Révauger), Paris, Honoré Champion, 2013, 3 volumes [rédaction de 53 notices biographiques].

- Cent ans d’histoire des outre-mers, SFHOM, 1912-2012 : "Saint-Domingue, Toussaint Louverture et Haïti dans la Revue et les publications de la SFHOM", Outre-Mers, Revue d’Histoire, n° 376-377, 2e trim. 2012, p. 453-471.

- La mer Caraïbe, espace de migrations (M. Dalmace, dir.), collection Maison de Pays Ibériques, Presses universitaires de Bordeaux, 2012 : "Une émigration intra-caribéenne post-révolutionnaire méconnue : la diaspora des réfugiés de Saint-Domingue (fin XVIIIe – début XIXe siècle)", p. 209-232.

- La Rochelle, l'Aunis et la Saintonge face à l'esclavage (dir. M. Augeron et O. Caudron), Université de La Rochelle et Paris, Les Indes Savantes, 2012 : "Mémoire et patrimoine transatlantiques : de la Rochelle à Saint-Domingue (Haïti)", et "Haïti, une exposition de photos de Georges Clémenceau au Musée du Nouveau-Monde (La Rochelle) en 2001", p. 279-288 et p. 333-338.

- La Caraïbe dans la mondialisation : quelles dynamiques régionalistes ? (dir. E. Dubesset et R. Lucas), Caraïbe Plurielle, Université Bordeaux 3, L'Harmattan, Paris, 2011 : "Recompositions post-coloniales et indépendances nationales dans l'île d'Haïti (Haïti et République dominicaine, 1804-1844)", p. 97-112.

- L'Atlas des minorités. Comprendre le présent à la lumière du passé, Paris, Le Monde, la Vie, Sciences-Po cartographie, hors-série, 2011 "Les Antilles des Afro-descendants", p. 110-11, 2 cartes : "Composition de la population antillaise" et "Traites et évolutions du 16e au 19e siècle".

- Les passions d'un historien. Mélanges en l'honneur de Jean-Pierre Poussou (Université Paris IV-Sorbonne), Paris, Presses universitaires de la Sorbonne : "Insertion, intégration et réussites dans une société créole d'Ancien Régime : les Aquitains à Saint-Domingue (XVIIIe siècle)", 2010, p. 263-279.

- Les traites et les esclavages. Perspectives historiques et contemporaines (actes du colloque fondateur du CIRESC, dir. M. Cottias et alii) : « Gabriel Debien et les sources de l’histoire de la vie des esclaves », Karthala, 2010, p. 277-300.

- Les Huguenots et l'Atlantique. Pour Dieu, la Cause ou les Affaires (Université de La Rochelle, dir. Mikaël Augeron, Didier Poton et Bertrand Van Rumbeycke, préface J.-P. Poussou), Paris, Presses Universitaires de la Sorbonne et Les Indes Savantes, 2009, vol. I, 527 p., 4 chapitres : « Jean-Baptiste Ducasse, le gouverneur des flibustiers », p. 271-282, « Le milieu protestant de Bordeaux et les Îles : la constitution d’une élite », p. 459-468, « Protestants béarnais d’Orthez aux Îles », p. 469-478, « Les Fleuriau, de La Rochelle à Saint-Domingue : le parcours de la réussite », p. 497-510.

- The world of the Haïtian Revolution, edited by David Geggus and Norman Fiering (John Carter Brown Library), coll. Blacks in diaspora, Indiana University Press, Bloomington (USA), 2009, « Vestiges of the Built Landscape of Pre-revolutionnary Saint-Domingue », p. 21-48, iconographie.

- Un précurseur sauveterrien, Prudent de Casamajor. Béarn, Saint-Domingue, Haïti, Cuba, 18e-19e s., Paul de Casamajor, Sauveterre, 2009, préface.

- Aller simple, de François Méchain, Bordeaux, Université Michel de Montaigne, Bordeaux 3, Presses Universitaires de Bordeaux, mars 2008 : chapitre "Toussaint Louverture et l'indépendance d'Haïti", t. 2, p. 9-13.

- Guide des sources de la traite négrière, de l’esclavage et de leurs abolitions, coll. Guides des Archives de France, Paris, La Documentation française, 2007, conseil scientifique et encarts « L’indemnité de Saint-Domingue », p. 88-89, « Les secours aux réfugiés de Saint-Domingue », p. 210-211, « Toussaint Louverture (1743-1803) », p. 213-214, « Colon(s) », « Les Libres de couleur », p. 292-293, « Saint-Domingue/Haïti », p. 319, « Les habitations », p. 486-487.

- Saint-Domingue espagnol et la révolution nègre d’Haïti, Paris, CERC, Karthala, 2007 (collectif, sous la direction d’Alain Yacou), 3 chapitres : « Toussaint Louverture et le déclenchement de l'insurrection de 1791 : un retour aux sources », p. 135-156 ; « Toussaint Louverture, la guerre du Sud et la question de couleur », p. 231-250 ; « La face cachée de Toussaint Louverture », p. 295-322.

- Histoire et Généalogie de la famille élie d’Haïti, Peter J. Frisch, Port-au-Prince, Deschamps, 2006, préface.

- Le Monde Créole. Peuplement, société et condition humaine (xvii e-xxe s.), Mélanges offerts à Hubert Gerbeau, dir. J. Weber, Université de Nantes, Les Indes Savantes, 2005 : « La Franc-maçonnerie burdigalo-aquitaine et ses réseaux à Saint-Domingue », p. 125-137.

- Dictionnaire des Esclavages, CNRS / EHESS, CIRESC (en cours, non publié).

- Les mots de la colonisation, contributions au projet de dictionnaire en cours (thèmes "Sociétés et économies coloniales", "Termes et concepts"), journées d'étude interne 22-23 janv. 2004 du programme pluri-formations de l’Université Michel de Montaigne Bordeaux 3, Colonisations, décolonisations.

- Les Esclavages, Bordeaux, Institut Aquitain d’Etudes Sociales, sept. 2001, dir. S. Marzagalli, chapitre « L'esclavage blanc : les engagés ou "Trente-six mois" » t. II, [18 p.].

- Un siècle de relations financières entre la France et Haïti, L'Harmattan, 2001, F. Blancpain, préface.

- Négoce, Ports et Océans, mélanges Paul Butel, Pessac, Presses Universitaires Bordeaux, 2000, dir. S. Marzagalli et H. Bonnin, chapitre « Aux origines du peuplement des Îles d’Amérique : les ports de l’Aquitaine et Saint-Domingue (17e-18e s.) ».

- Dictionnaire Encyclopédique des Antilles et de la Guyane, 7 t., et Index et Thesaurus, t. 1 et 2, sous la direction de J. Corzani, Fort-de-France, Éd. Désormeaux, 1993-2000 (environ quarante articles, notamment les articles article "Colon", p. 668-679, “Pétion”, “Christophe”, “Dessalines”, “Boukman”, “Chavannes”, “Boyer”, “Toussaint-Louverture”, “Polvérel”, “Sonthonax”, “Bauvais”, “Billaud-Varenne”,“Camille-Desmoulins (Horace)”, “Caradeux”, “Jean-François”,“ Leremboure”, “Pinchinat”, “Raimond (Julien), “Rigaud”, “Bois-Caïman, “Citadelle (la)”, “Crête à Pierrot (la)”, “Sans-Souci”, “Vertières”, “Debien (Gabriel)”, “Dumas (Général)”, “Duval (Jeanne)”.

- France in the New World, édit. David Buisseret, Michigan State University Press, 1999, proceedings of the 22th congress of the French Colonial Historical Society, Université de Poitiers, 1996 : « Les Aquitains à Saint-Domingue : une approche quantitative globale du phénomène de la colonisation française aux Antilles », p. 31-46.

- Plantations, colons et esclaves de Saint-Domingue, Travaux sur la société et l’héritage colonial en Haïti, Habilitation à diriger les recherches, Histoire, Fort-de-France, Université des Antilles et de la Guyane, 1994, 150 p [dactylographié].

- Paysans, systèmes et crise. Travaux sur l’agraire haïtien, t. I, Histoire agraire et développement, Pointe-à-Pitre et Port-au-Prince, SACAD (Universités des Antilles et de la Guyane) et FAMV (Université d’État d’Haïti), 1993, 365 p. (3 chapitres : sucreries, caféteries, plateau du Rochelois).

- Mourir pour les Antilles, Indépendance nègre ou esclavage, éd. Michel L. Martin et A. Yacou, Paris, Éd. Caribéennes, 1991, chapitre « Les derniers Français de Saint-Domingue. Aperçus sur une débâcle sanglante », p. 163-180.

- Hommes et Destins, dictionnaire biographique, Paris, Académie des Sciences d'Outre-Mer, 1986, notices Fleuriau, Leremboure, Caradeux, Dessalines, Pétion, Christophe (volume V : Amérique).

 

Ouvrages de vulgarisation (ou chapitres de ces ouvrages)

- Les Riches, Historia spécial, n° 12, juillet août 2013, « L'émergence des notables », p. 54-57.

- Esclavage, deux mille ans de mensonges, Historia spécial, n° 745, janvier 2009 (article : « Des négriers français si prospères… »).

- Le Dictionnaire de Bordeaux, dir. M. Graneri-Clavé, Toulouse, Ed. Loubatières, 2006 : 40 notices environ sur Bordeaux et les Antilles, la traite et l’esclavage.

- Bordeaux, la traite et l’esclavage, Rapport du Comité de réflexion bordelais, dir. D. Tillinac, 2006.

- Gascogne, un pays, une identité, collectif (Conservatoire du Patrimoine de Gascogne), Pau, Princi Negue, 2005, chapitre « Les Gascons, un peuple, une identité », p. 109-154

- L'esclavage, un tabou français enfin levé, Historia thématique, n° 80, nov. déc. 2002, « L'irrésistible ascension du Rochelais Aimé-Benjamin Feuriau », p. 22-27 ; « Le Basque qui fut le premier maire de Port-au-Prince », p. 44-47 ; « Aux premières heures de la guerre d'indépendance », p. 63-64.

- Haïti, photographies de Georges P. Clémenceau, Musée du Nouveau-Monde, La Rochelle, 2001 (préface).

- Haïti, Guides Gallimard, Paris, Gallimard, 2000. Collaboration et chapitres « Les Frères de la Côte au XVIIe siècle », « La vie sur les grandes plantations coloniales aux XVIIe et XVIIIe siècles », « L’archéologie industrielle coloniale », « Les fortifications ».

- Bordeaux et les Antilles, Contact, Université de Bordeaux 3, n° 141, mars 1999 : « Grandeur et ombre des relations entre Bordeaux et les Antilles au xviiie siècle », p. 5-7. 1

- L’énigme Louis xvii, Historama spécial, 1993, n° 25, « La piste haïtienne », p.67-74.

- Mémoire des Landes, dictionnaire biographique, Arch. Dép. Landes, Mont-de-Marsan, 1991 (3 art.).

- Historia, 1989, n° 510, « Louis xvii : la piste haïtienne », p. 55-60.

- Bibliographie pratique, Ministère des Affaires étrangères, groupe de travail de la DGRCST pour le bicentenaire de la révolution française (collaboration), 1988.

 

Directions d’ouvrages ou de revues

- Amerindians, Africans, Americans : Three papers in Caribbean History, (co-édition bilingue et avant-propos, avec prof. Barry Higman), Kingston (Jamaïque), University of the West Indies Press, 1993, 125 p.

- Spécial Bicentenaire de la Révolution Française, Conjonction, Revue de l’Institut Français d’Haïti, n° 181, 1989, 213 p. (direction éditoriale).

- Spécial Bicentenaire de la Révolution Française, Revue de la Société Haïtienne d'Histoire et de Géographie, n° 164, 1989, 250 p. (direction éditoriale).

- Spécial Île de la Tortue, Port-au-Prince, Conjonction, Revue de l’Institut Français d’Haïti, 1987, 174-175, 262 p. (direction éditoriale).

- Conjonction, Revue de l’Institut Français d’Haïti : n° 172 à 175, 1987, (rédacteur en chef).

- Revue de la Société Haïtienne d’Histoire et de Géographie, n° 150 à 166, 1986-1990, (rédacteur, chronique "Échos et Nouvelles").

 

Articles, communications, conférences, divers... (env. 200). Voir la page "Publications Antilles"

Repost 0
Published by jdecauna
commenter cet article
15 décembre 2016 4 15 /12 /décembre /2016 15:54
Tapisseries armoriées des rois de Navarre. Le lozangé d'or et de gueules de Cauna.

Une devinette : Septième et dernière pièce, dernier écu, pourquoi le lozangé de Cauna ? : la clef de l'énigme s'appelle Marguerite et son mari Georges. Elle était cousine germaine du Prince de Viane, infant de Navarre, et de la fille du roi de France Charles VII.

Réponse : Il s'agit de Marguerite de Marsan de Cauna, mariée par contrat du 4 juin 1480 passé au Mont-de-Marsan à Georges de Mesmes de Ravignan, seigneur de Caixchen, Brocas, Lusson et Roissy-en-France. Marguerite de Cauna était la fille de Bernard, seigneur baron de Cauna, qui par son mariage en 1443 avec Isabel de Béarn, sœur naturelle de Gaston IV de Foix-Béarn, l'époux d'Eléonore de Navarre, était devenu proche parent par alliance de la famille royale de Navarre. Bernard se remaria ensuite avec Jeanne de Beaumont-Lérin-Navarre issue de Charles le Mauvais, roi de Navarre, et de Louis d'Evreux, du sang de France.

Bernard était oncle de Gaston V de Foix-Béarn, prince de Viane, titre habituel de l'infant de Navarre, qui avait épousé en 1461 Madeleine de France, fille du roi Charles VII, celui-là même qui avait reçu en mains propres en 1442 du père de Bernard, Louis de Marsan, baron de Cauna, les clefs de la ville de Tartas qu'il tenait pour le roi d'Angleterre, duc d'Aquitaine.

Le premier écu en haut à gauche présente les armes de Gaston V de Foix-Béarn (écu de Navarre-Evreux, Foix-Béarn brochant sur le tout) ; le second, celles de son épouse Madeleine de France (Valois-Angoulème), le troisième, celles de Georges de Mesmes, avec un écartelé de Bigorre (en raison du mariage de l'un de ses aïeux avec Laure de Marsan, petite-fille de Pétronille de Marsan, comtesse de Bigorre).Le quatrième et dernier écu, en bas à droite, lozangé d'or et de gueules, est celui de Marguerite de Cauna, épouse de Georges de Mesmes. Au centre est l'écu originel de la famille de Mesmes, d'or au croissant montant de sable, tel que le descendant de ce mariage le fit représenter.

Repost 0
Published by jdecauna
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Jacques de Cauna Chaire d'Haïti à Bordeaux
  • Le blog de Jacques de Cauna Chaire d'Haïti à Bordeaux
  • : Site de la Chaire pluridisciplinaire d'Haïti à Bordeaux créée après le séisme du 12 janvier 2010 dans le cadre des activités du CIRESC (Centre international de recherche sur les esclavages du CNRS à l'EHESS). Histoire et culture d'Haïti et de Gascogne. Développement des liens entre la Caraïbe et l'Aquitaine.
  • Contact

Recherche

Histoire D'haïti