Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
27 juillet 2017 4 27 /07 /juillet /2017 16:12
Vient de paraître Bulletin du Centre Généalogique des Landes n° 121-122
Vient de paraître Bulletin du Centre Généalogique des Landes n° 121-122
Réservations et adhésions (27 E.) auprès du co-président Christian Lacrouts (adresse ci-dessus)
Réservations et adhésions (27 E.) auprès du co-président Christian Lacrouts (adresse ci-dessus)

Réservations et adhésions (27 E.) auprès du co-président Christian Lacrouts (adresse ci-dessus)

Repost 0
Published by jdecauna
commenter cet article
19 juillet 2017 3 19 /07 /juillet /2017 10:37
Lucq-de-Béarn. Ruines de l'abbaye et château Elie-Madiou. Voir la "Saga antillaise"

Lucq-de-Béarn. Ruines de l'abbaye et château Elie-Madiou. Voir la "Saga antillaise"

A l'heure du confit de canard dans la fraîcheur des vieux murs !

A l'heure du confit de canard dans la fraîcheur des vieux murs !

Repost 0
Published by jdecauna
commenter cet article
11 juillet 2017 2 11 /07 /juillet /2017 09:04
Congrès de la Fédération des Académies de Gascogne à Caumale le Lundi 28 août 2017
LA FEDERATION DES ACADEMIES DE GASCOGNE
ET
LE CHÂTEAU DE CAUMALE
vous invitent au congrès de la Fédération des Académies de Gascogne
qui se tiendra le Lundi 28 août 2017
sur le thème de l'indépendance américaine
au siège de la Fédération, château de Caumale à Escalans, 40310
sous la présidence du professeur Jacques de Cauna, Docteur d’État (Sorbonne), CNRS / EHESS, Commandeur de l'Ordre national Honneur et Mérite de la République d'Haïti
Mme Geneviève Fabre, vice-présidente, et Monsieur Pierre Fabre, secrétaire perpétuel, accueilleront les participants à partir de 11 h.
Interventions de 15 h à 16 h 30 :
Nathalie de Rochambeau : Jean-Baptiste de Rochambeau, de Vendôme à Yorktown
Jacques de Cauna : Saint-Domingue, les Antilles et la guerre d'Indépendance américaine
Jérôme Danard, président France-Etats-Unis : Benjamin Franklin
Vernissage de l'exposition Benjamin Franklin à 17 h
Visite du château et déjeuner sur place sur inscription (Infos : 07 71 14 11 59 / 06 37 82 05 93)
Académiciens, chercheurs, professeurs, universitaires, écrivains, érudits, artistes, intellectuels, personnalités et grands noms de Gascogne et d'ailleurs... se retrouvent cet été au cœur de la Gascogne, à Caumale, pour une journée conviviale de culture et d'histoire.
Entrée Libre ! Pour un meilleur accueil, INSCRIVEZ-VOUS !

Entrée Libre ! Pour un meilleur accueil, INSCRIVEZ-VOUS !

Bulletin d'inscription

(à retourner impérativement avant le 10 août 2017 à : Château de Caumale, 40310 Escalans)

Nom : ….........................................................

Académie, société, association : ….....................................................................

Fonction ou titre : ……………………………………………………………...

Accompagné de :.….............................................................................................

 

Souhaite s'inscrire (rayer les mentions inutiles si besoin) :

- pour la visite du château (11 h, 5 E.) et/ou le déjeuner (12 h, 20 E.) : 20 Euros pour l'ensemble.

Joindre le chèque correspondant à l'ordre de Mme Pierre Fabre à l'adresse Château de Caumale, 40310 Escalans, contact / infos : chateaudecaumale@hotmail.fr, T. 07 71 14 11 59 / 06 37 82 05 93.

- pour le congrès uniquement (gratuit) : contact / infos / RSVP : jdecauna40@aol.com, Tél. 05 58 72 09 68.

 

Signature:

Repost 0
Published by jdecauna
commenter cet article
26 juin 2017 1 26 /06 /juin /2017 10:12
La danse, collection Marcel Chatillon, Musée d'Aquitaine, Bordeaux (c) Fonds J. de Cauna

La danse, collection Marcel Chatillon, Musée d'Aquitaine, Bordeaux (c) Fonds J. de Cauna

Les Pyrénées-Atlantiques et l'esclavage

Le département des Pyrénées-Atlantiques est particulièrement concerné par la question globale de l'esclavage qu'il ne faudrait pas réduire à ses composantes de la traite négrière et de l'abolitionnisme, pour éviter les dérives lors de la commémoration de la journée nationale des mémoires de l'esclavage, de la traite et de leurs abolitions (même si le décret fondateur de 2006 évoquait uniquement une commémoration de l'abolition, et si, au contraire les entrepreneurs de mémoire militants ne s'attachent qu'à « la » traite). Gascons, Basques et Béarnais représentaient en effet le principal groupe régional de la population blanche et de couleur (leurs enfants « mulâtres ») de l'ancienne colonie antillaise de Saint-Domingue, de loin la plus importante avec plus de quatre-vingt pour cent des échanges dans un cadre économique régi par le système esclavagiste de la grande plantation.

A titre d'exemple, retenons simplement que les manuscrits manquants de l'Histoire d'Haïti du Michelet haïtien, Thomas Madiou, ont été retrouvés il y a peu à Lucq-de-Béarn dans le château familial des descendants de Pascal Elie, négociant libanais de Pau à la Révolution. Un de ses parents historiens, Louis-Emile Elie, autre grand classique, a par ailleurs consacré un chapitre entier aux « origines du peuple haïtien » sous le titre « Les Basques à Saint-Domingue ». De même plusieurs grandes figures historiques locales ont marqué l'histoire de l'île, du grand gouverneur des flibustiers Jean-Baptiste Ducasse, d'une famille salisienne et paloise, à ses successeurs, le marquis de Charritte, Belzunce ou Nolivos (maquette de son « habitation » au Musée d'Aquitaine) qui ont été de grands entraîneurs d'hommes à l'origine d'une importante immigration de « païs ». La capitale elle-même, Port-au-Prince, a été fondée par un Béarnais, Joseph de Lacaze, soutenu par son parent l'intendant bayonnais Laporte-Lalanne, et son premier maire à la Révolution a été le Basque Michel-Joseph Leremboure (de la maison Louis XIV à Saint-Jean de-Luz). Aujourd'hui encore en Haïti, première république noire du monde, une multitude de micro-toponymes attestent dans les campagnes la présence de nos colons locaux : Courjoles, Labarrère, Labadie, Carrère, Dupoey, Darrac, Gaye, Duplaa, Garat, Laborde, Marsan, Navarre... Des présidents haïtiens ont porté les noms de Dartigueave, Salnave..., un ministre Dartigue, des familles notables Gardères, Dupuy, Sansarricq, Castéra... Toussaint Louverture lui-même, le Grand Précurseur, avait sa  Garde béarnaise et ses aides-de-camp « béarnais », Lamerenx, Birette, Méharon, Dubuisson qui accueillit sa famille déportée à Bayonne. La mère du président Boyer est morte à Pau... Les protestants d'Orthez se sont partout signalés dans les îles par leur grand nombre et leur activité.

Les troubles consécutifs à l'insurrection des esclaves de Saint-Domingue (Haïti) provoquèrent l'exil dans les îles voisines de ces colons, et notamment à Cuba, où, sous l'impulsion du sauveterrien Prudent de Casamajor, le courant d'émigration antillaise des Béarnais, initié par de grands chefs fondateurs, soutenu par de puissants réseaux et alimenté par la tradition, persévéra durant toute la première moitié du 19e s dans le secteur caféier pionnier de l'Oriente. D'autres s'illustrèrenet e Jamaïque, Louisiane, Charleston...

Pour ce qui est de la traite, le seul port local ouvert au commerce colonial, Bayonne, se singularise par la très faible proportion de ce trafic (une douzaine d'expéditions recensées sur un siècle) qui en fait un port de dernier ordre dans le domaine. En revanche, quelques noms d'humanistes (Charlesteguy), de défenseurs des droits des hommes de couleur, tels Jean-Baptiste Gérard, ou d'abolitionnistes trop méconnus, tels les frères Garat et surtout le commissaire civil Etienne de Polvérel, syndic des Etats de Navarre, auteur de la première abolition mondiale au Cap-Français en 1793, mériteraient d'être honorés dans un souci de juste mémoire.

Il serait intéressant enfin, dans une perspective d'histoire globale des esclavages, traites et abolitions (pour lesquelles la mise en cause est souvent sélective) de rappeler les anciennes coutumes navarraises (les fors) qui inspirèrent Polvérel dans sa défense de ce qui faisait la spécificité d'un royaume qui ne connut ni esclavage, ni servage mais des droits partagés, dont une propriété commune des terres (les padouans).

Jacques de Cauna, 21 juin 2017

Bibliographie de l'auteur sur la question (voir aussi sur ce blog http://jdecauna.over-blog.com/) la page "Publications Antilles / Haïti") :

- Jacques de Cauna, L’Eldorado des Aquitains, Gascons, Basques et Béarnais aux Îles d’Amérique, Biarritz, Atlantica, 1998, 541 p., prix Académie Nationale des Belles-Lettres, Sciences et Arts de Bordeaux.

- Jacques de Cauna et Cécile Révauger (co-dir.), La société des plantations esclavagistes. Caraïbes francophone, anglophone, hispanophone, regards croisés, Paris, Les Indes savantes, 2013, 182 p.

- Jacques de Cauna, Toussaint Louverture. Le Grand Précurseur, Bordeaux, Ed. Sud-Ouest, 2012, 351 p.

- Jacques de Cauna et Marion Graff, La traite bayonnaise au XVIIIe siècle. Journal de bord, instructions et projets d’armement, Pau, Ed. Cairn, 2009, 180 p.

    - Jacques de Cauna, Fleuriau, La Rochelle et l'esclavage. Trente-cinq ans de mémoire et d'histoire, Paris, Les Indes Savantes, 2017, 345 p.

    Repost 0
    Published by jdecauna
    commenter cet article
    21 juin 2017 3 21 /06 /juin /2017 07:37
    Vendredi 23 juin 2017 à 18h, "Bayonne, le Pays Basque, la traite des Noirs et l'esclavage", par Jacques de Cauna auteur de "La Traite Bayonnaise au XVIIIe siècle", dans le cadre de l'exposition "Tromelin, les esclaves oubliés".

    Vendredi 23 juin 2017 à 18h, "Bayonne, le Pays Basque, la traite des Noirs et l'esclavage", par Jacques de Cauna auteur de "La Traite Bayonnaise au XVIIIe siècle", dans le cadre de l'exposition "Tromelin, les esclaves oubliés".

    Vendredi 23 juin 2017 à 18h, conférence au Musée Basque 

    par Jacques de Cauna auteur de "La Traite Bayonnaise au XVIIIe siècle",

    dans le cadre de l'exposition "Tromelin, les esclaves oubliés"

    Bayonne, le Pays Basque, la traite des Noirs et l'esclavage

    Quelle place a occupé Bayonne, « porte d'Espagne » dans « l'infâme commerce » (le mot est de Condorcet) du bois d'ébène ? Jusqu'à la publication en 2009 de La traite bayonnaise au XVIIIe siècle, à partir d'un mémoire soutenu à l'Université de Pau et des Pays de l'Adour, le sujet, rarement évoqué dans l'histoire locale, n'avait jamais fait l'objet d'une étude approfondie. Il est vrai que bien loin de Nantes, le grand port négrier français, ou même des ports de second ou de troisième ordre, de Bordeaux à Saint-Malo en passant par La Rochelle, Bayonne n'a été qu'un « gagne petit » de la traite, alors même que ses passagers, basques, béarnais et gascons, et ses produits des riches arrière-pays de l'Adour et de la Nive, se taillaient une place respectable dans le nouvel Eldorado des îles à sucre, la grande île de Saint-Domingue.

    Tout compte fait, replacé dans le contexte plus large de l'esclavage colonial associé au grand négoce maritime transatlantique du siècle des Lumières, le rôle des Basques et Bayonnais dans un domaine mémoriel devenu aujourd'hui très sensible, mérite d'être considéré sous un tout autre angle historique, tant il a été décisif sur de nombreux points en raison d'une forte présence aux îles marquée dès l'origine par des personnalités remarquables qui n'ont jamais hésité à agir dans ce qu'ils considéraient souvent à juste titre être le bon sens.

    &&&&&&

    Historien, ancien diplomate, professeur honoraire de l'université de Pau et des Pays de l'Adour, chercheur au Centre international de recherches sur les esclavages (CNRS / EHESS), Jacques de Cauna est l'auteur de plus de deux cents publications, collaborations et communications scientifiques internationales sur l'histoire de la Caraïbe et celle du grand Sud-Ouest, ainsi que d'une quinzaine d'ouvrages de référence parmi lesquels Au temps des Isles à Sucre, prix de l'Académie des Sciences d'Outre-Mer, L'Eldorado des Aquitains, prix de l'Académie nationale de Bordeaux, Toussaint Louverture, ou Cadets de Gascogne, prix des Trois Couronnes. Après La Traite bayonnaise au XVIIIe siècle (Pau, Cairn, 2009), ses deux derniers ouvrages, Dynamiques caribéennes et Fleuriau, La Rochelle et l'esclavage traitent des questions très actuelles de migrations et de mémoire, d'identité et patrimoine.

    Repost 0
    Published by jdecauna
    commenter cet article
    6 juin 2017 2 06 /06 /juin /2017 08:30
    Une oeuvre historique, généalogique et patrimoniale exceptionnelle en Haïti ! Deux ouvrages de longue haleine qui feront date.
    Une oeuvre historique, généalogique et patrimoniale exceptionnelle en Haïti ! Deux ouvrages de longue haleine qui feront date.

    Une oeuvre historique, généalogique et patrimoniale exceptionnelle en Haïti ! Deux ouvrages de longue haleine qui feront date.

    Après l'Histoire et Généalogie de la famille Elie d’Haïti, Port-au-Prince, Deschamps, 2006, que j'avais eu le plaisir de préfacer, Peter J. Frisch prend définitivement place avec ces deux importants volumes, fruits d'une vie de recherche, dans la galerie des grands historiens classiques haïtiens inaugurée au lendemain de l'Indépendance par son illustre aïeul Thomas Madiou.
    Après l'Histoire et Généalogie de la famille Elie d’Haïti, Port-au-Prince, Deschamps, 2006, que j'avais eu le plaisir de préfacer, Peter J. Frisch prend définitivement place avec ces deux importants volumes, fruits d'une vie de recherche, dans la galerie des grands historiens classiques haïtiens inaugurée au lendemain de l'Indépendance par son illustre aïeul Thomas Madiou.
    Après l'Histoire et Généalogie de la famille Elie d’Haïti, Port-au-Prince, Deschamps, 2006, que j'avais eu le plaisir de préfacer, Peter J. Frisch prend définitivement place avec ces deux importants volumes, fruits d'une vie de recherche, dans la galerie des grands historiens classiques haïtiens inaugurée au lendemain de l'Indépendance par son illustre aïeul Thomas Madiou.

    Après l'Histoire et Généalogie de la famille Elie d’Haïti, Port-au-Prince, Deschamps, 2006, que j'avais eu le plaisir de préfacer, Peter J. Frisch prend définitivement place avec ces deux importants volumes, fruits d'une vie de recherche, dans la galerie des grands historiens classiques haïtiens inaugurée au lendemain de l'Indépendance par son illustre aïeul Thomas Madiou.

    Repost 0
    Published by jdecauna
    commenter cet article
    18 mai 2017 4 18 /05 /mai /2017 17:06
    Le Dictionnaire des Flibustiers
    Le Dictionnaire des Flibustiers

    Longtemps attendue, cette somme de l'un des plus infatigables chercheurs du domaine satisfera les attentes des plus exigeants. Elle est appelée à devenir l'incontournable outil de référence sur une question que notre ami de longue date Jacques Gasser travaille depuis plus de trente ans dans les dépôts d'archives français, espagnols, anglais, hollandais... après avoir passé de longues années en voyages maritimes qui l'avaient amené notamment aux Antilles à la Martinique, à Saint-Martin, à Saint-Barthélémy et, surtout, aux Saintes, laboratoire vivant de l'histoire navale antillaise où il séjourna longtemps. On y retrouvera avec plaisir les Grammont, Michel le Basque, Massertie, de Graff, L'Olonnois, Van Horn... et autres qui l'ont accompagné pendant toutes ces années d'aventures.

    Rédacteur en chef de Conjonction, Revue franco-haïtienne de l'Institut Français d'Haïti dans les années 80, je m'honore d'avoir été le premier à offrir à Jacques Gasser un espace de publication pour une première base données dans le "Spécial Île de la Tortue" des 3e et 4e trimestres 1987, n° 174-175, publié à l'occasion de la première et seule mission scientifique à l'époque (et peut-être encore aujourd'hui) effectuée sur l'île par le Centre de Recherche Historique que je dirigeais alors parallèlement (voir ci-dessous). On mesure aujourd'hui le chemin parcouru ! Il va sans dire que nous recommandons vivement la lecture de cet indispensable ouvrage que l'auteur a eu l'amabilité de nous communiquer.

    Le Dictionnaire des Flibustiers
    Repost 0
    Published by jdecauna
    commenter cet article
    17 mai 2017 3 17 /05 /mai /2017 13:16

    Deux pans d’histoire des ports de Bordeaux et La Rochelle : la mémoire du progrès

    • Lisibilité

    • PDF version
    • 1
       
    Rencontre
    Mercredi 17 Mai 2017, 17:30
    Rencontre avec Hubert Bonin et Jacques de Cauna à l'occasion de la parution de deux ouvrages. Auditorium du musée

    Face au sentiment de « déclin » après l’abolition du commerce de traite et les secousses causées à l’économie et au négoce par la Révolution française, on doit réhabiliter la capacité de Bordeaux à sécréter des forces vives de la croissance économique. Des jeunes pousses, animées par l’esprit d’entreprise, les innovations technologiques et l’espoir de profits, reconstruisent et développent l’économie girondine. Ce livre est donc un « culte » à la machine qui perce avec la première révolution industrielle, mais aussi aux « entrepreneurs » qui tirent parti des nouvelles opportunités offertes par la variété des débouchés, à Bordeaux, en France et à l’étranger. Bien sûr, le négoce est puissant et soutient cette industrialisation, notamment grâce aux denrées importées de l’empire colonial. Les bourgeoisies constituent un marché substantiel, avec leur consommation de haut de gamme. Cette histoire industrielle, d’abord tapie dans les recoins du centre ville, puis glissant vers les espaces périphériques, peut se lire encore dans le tissu urbain, où des rues ont conservé nombre d’immeubles ayant accueilli ateliers et entrepôts.

    La Rochelle a été la première ville française à présenter, il y a 25 ans, une exposition sur la traite, l’esclavage et leurs abolitions. C’était suite à une thèse de doctorat consacrée à l’ancien propriétaire de l’hôtel Fleuriau, qui est aujourd’hui le Musée du Nouveau Monde, et aux origines antillaises de sa fortune. L’ouvrage présente un parcours mémoriel et patrimonial transatlantique. C’est aussi une interrogation sur les développements qui ont suivi, entre devoir et abus de mémoire. Il réfléchit enfin sur les innovations techniques. Il précise les derniers acquis de la recherche sur l’engagement de La Rochelle dans cette histoire d’outre-mer. Il incite à méditer sur la notion de progrès en Histoire et, au-delà, sur les enjeux de l’élévation morale, en rupture parfois avec les mentalités de son temps.

                

    Repost 0
    Published by jdecauna
    commenter cet article
    15 mai 2017 1 15 /05 /mai /2017 08:05
    Emission "Au coeur de l'histoire" du jeudi 11 mai 2017. Emission "Au coeur de l'histoire" du jeudi 11 mai 2017.
    Emission "Au coeur de l'histoire" du jeudi 11 mai 2017.

    Emission "Au coeur de l'histoire" du jeudi 11 mai 2017.

    A réécouter en podcast sur le site d'Europe 1 à l'adresse

    http://www.europe1.fr/emissions/au-coeur-de-l-histoire,

    à la page 1 le 11/05/2017 ACDH - L'intégrale - Toussaint Louverture - 11/05/2017.

    Les citations de mon dernier Toussaint Louverture. Le Grand Précurseur aux Editions Sud-Ouest ont été particulièrement appréciées.

    Repost 0
    Published by jdecauna
    commenter cet article
    11 mai 2017 4 11 /05 /mai /2017 17:43
    Le vicomte de Belzunce

    Le vicomte de Belzunce

    Le Samedi 13 Mai à 14 h 30 à Bayonne, Maison des Associations, 11 Allée de Glain

    Conférence de Jacques de Cauna : Basques et Bayonnais à Saint-Domingue / Haïti

    à l'invitation de Gen&O Bayonne, entrée libre

     

    Repost 0
    Published by jdecauna
    commenter cet article

    Présentation

    • : Le blog de Jacques de Cauna Chaire d'Haïti à Bordeaux
    • Le blog de Jacques de Cauna Chaire d'Haïti à Bordeaux
    • : Site de la Chaire pluridisciplinaire d'Haïti à Bordeaux créée après le séisme du 12 janvier 2010 dans le cadre des activités du CIRESC (Centre international de recherche sur les esclavages du CNRS à l'EHESS). Histoire et culture d'Haïti et de Gascogne. Développement des liens entre la Caraïbe et la région Aquitaine Gascogne.
    • Contact

    Recherche

    Histoire D'haïti